CURCUMA & CURCUMINE

Une nouvelle curcumine, 185 fois plus puissante

 

Par Jean-Marc Dupuis  dans Santé Nature Innovation du 03/03/2017

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Si vous vous intéressez de près au monde de la santé naturelle, vous avez forcément entendu parler du curcuma.

Avec 10 000 études au compteur et plus de 600 bienfaits démontrés, cette épice ancestrale indienne est considérée par beaucoup comme le remède naturel le plus important avec la vitamine D.

Il faut bien reconnaître que les preuves scientifiques de son action ont de quoi impressionner :

  • le curcuma combat les cancers, l’Alzheimer et le diabète ;
  • il soulage les rhumatismes et les problèmes digestifs ;
  • il prévient les maladies du cœur et des artères.

Cette épice merveilleuse a donc l’intérêt remarquable d’agir contre les maladies les plus répandues et les deux premières causes de mortalité (cancers et maladies cardiaques).

Mais pour cela, encore faut-il être sûr de ne pas se tromper sur la marchandise. On trouve aujourd’hui du curcuma pratiquement partout et sous de nombreuses formes : en poudre, en jus, en complément alimentaire…

Or l’efficacité de ces produits est variable.

Entre le curcuma de base que l’on trouve dans la plupart des commerces et le curcuma de nouvelle génération dont je vais vous parler dans un instant, l’efficacité peut différer de 1 à 185 !

Il est donc crucial de bien choisir votre curcuma. Car les vertus de cette épice sont vraiment prodigieuses, à commencer par ses effets anticancer.

La meilleure épice anticancer

Pour découvrir les vertus anticancer de la curcumine (la substance active du curcuma, qui est une racine), les scientifiques sont partis de ce constat étonnant.

En Europe, les statistiques montrent qu’un homme sur deux et une femme sur trois subiront un cancer au cours de leur vie. Parmi ces cancers, les plus fréquents sont ceux du côlon, du sein, de la prostate et du poumon.

Or on a découvert qu’en Inde, l’incidence de ces cancers était 10 fois plus faible qu’en Europe !

Là-bas, le cancer de la prostate est même une maladie rare.

Après des années de recherche, les scientifiques ont réussi à percer ce mystère. Ils en sont arrivés à la conclusion que ce phénomène presque miraculeux était le résultat, au moins en partie, de l’abondance du curcuma dans la cuisine indienne.

Grâce à ces recherches, on connaît désormais les mécanismes à l’origine des bienfaits anticancer du curcuma. Le Pr Philippe Chollet, oncologue au centre Jean-Perrin de Clermont-Ferrand, explique que « la curcumine est un agent préventif du cancer ».

Ce sont d’abord ses vertus dites « pro-apoptotiques » qui lui confèrent ce pouvoir. L’apoptose n’est ni plus ni moins qu’un suicide de la cellule cancéreuse. Elle débarrasse votre corps des cellules dangereuses qui se reproduisent anormalement et forment des tumeurs.

« Le curcuma joue ce rôle d’aspirateur » des cellules dangereuses, explique le Pr Bommelaer. Plus exactement, la curcumine va freiner le développement des cellules cancéreuses [1] et aider votre corps à les éliminer plus facilement [2].

À l’hôpital de Clermont-Ferrand, des chercheurs en cancérologie et l’équipe médicale mènent une expérience unique en France. Depuis 2013, ils associent la prise de curcumine aux traitements anticancer conventionnels, en particulier pour les cancers du sein et de la prostate les plus avancés.

La curcumine bientôt prescrite par tous les oncologues ?

Selon le chef du service du centre régional de lutte contre le cancer de Clermont-Ferrand, la curcumine est utilisée pour accroître l’efficacité des chimiothérapies et réduire leurs effets indésirables (nausée, diarrhée, fatigue, douleur, perte de poids…) [3].

Toutes les études réalisées jusqu’à aujourd’hui ont montré que la curcumine ne présentait aucun danger et qu’elle était très bien tolérée, même à forte dose.

Les effets anticancer de la curcumine sont si prometteurs que de nombreux chercheurs sont persuadés que, dans les années à venir, lorsque d’autres études cliniques auront été publiées, la curcumine sera alors prescrite par tous les oncologues et pour tous les types de cancers.

En plus de ses bienfaits contre le cancer, la curcumine a également montré des résultats spectaculaires contre de nombreuses autres maladies.

Plus fort que l’ibuprofène contre les rhumatismes

Comme vous le savez probablement, les rhumatismes sont principalement causés par une inflammation. La curcumine va agir au cœur de vos articulations pour éteindre le feu provoqué par l’inflammation [4].

En 2014, une étude réalisée sur 40 personnes souffrant d’arthrose du genou a clairement montré qu’une supplémentation avec 1 500 mg de curcumine par jour pendant 6 semaines réduisait les douleurs du genou.

Ces personnes ont ressenti une plus grande facilité pour effectuer des tâches quotidiennes comme descendre et monter des escaliers, conduire une voiture, faire ses courses, sortir de son lit, faire le ménage [5]…

Une autre étude indique que le curcuma est aussi efficace que l’ibuprofène contre l’arthrose, les effets secondaires en moins (l’ibuprofène peut provoquer des trous dans l’estomac [6]).

La curcumine apaise le feu dans vos intestins

Des études ont montré que la curcumine facilitait la digestion et apaisait les troubles intestinaux même sévères.

Pour les personnes souffrant du syndrome du côlon irritable, la curcumine stimule la mobilité intestinale et la fermentation des aliments par la microflore intestinale [7]. Cette action permet de réduire les symptômes dans 67 % des cas, selon une étude [8].

Les vertus anti-inflammatoires de la curcumine soulagent aussi la maladie de Crohn et la rectocolite. En plus, les effets sont visibles après seulement deux mois de supplémentation [9]. Grâce à cette action, les risques d’aggravation diminuent (cancer du côlon, occlusion intestinale).

Bénéfique pour le cœur et les artères fragiles

De nombreuses études cliniques ont mis en évidence l’effet bénéfique de la curcumine sur les maladies cardio-vasculaires.

L’une d’elles a été réalisée sur 121 personnes ayant subi un pontage coronarien. On sait que ces personnes sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes d’un infarctus du myocarde.

Les résultats montrent que la consommation de curcumine avant l’opération a permis de réduire de 56 % le risque d’infarctus du myocarde [10].

Elle ralentit le vieillissement du cerveau

En plus de protéger votre cœur, la curcumine ralentit le vieillissement de votre cerveau et prévient la maladie d’Alzheimer. Comment le sait-on ?

Comme pour le cancer, la prévalence de la maladie d’Alzheimer est quatre fois plus faible en Inde que dans les pays occidentaux. Une étude a même confirmé le fait que les personnes consommant le plus de curcuma étaient celles qui étaient les moins touchées par la maladie d’Alzheimer [11].

Il a été montré que les propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires de la curcumine protégeaient les neurones [12]. Mais, plus intéressant encore, des études ont mis en évidence le fait que la curcumine réduisait la formation des plaques amyloïdes ainsi que la formation de fibres à l’intérieur des neurones, deux facteurs liés à l’apparition de l’Alzheimer [13]. Elle aide aussi votre cerveau à créer de nouveaux neurones [14].

Le vrai potentiel de la curcumine est encore ignoré !

Malgré les nombreuses études déjà menées, les scientifiques estiment que le champ d’action de la curcumine n’est que partiellement exploré à ce jour. Autrement dit, certaines vertus restent à découvrir.

Comme l’inflammation joue un rôle majeur dans la plupart des maladies chroniques, les chercheurs pensent que les vertus anti-inflammatoires de la curcumine pourraient offrir de l’espoir à des millions de patients supplémentaires.

Par exemple, ceux atteints de maladies neurodégénératives (démence, Alzheimer, Parkinson), de maladies des poumons, de maladies auto-immunes (sclérose en plaques, lupus, sclérodermie) et de tumeurs (amas de cellules) [15].

Or le prix du curcuma est faible par rapport aux médicaments et thérapies concurrents. C’est un cadeau de la nature accessible à tous.

Toutefois, comme je vous l’ai dit, toutes les curcumines ne se valent pas.

Les différentes curcumines

Le problème avec le curcuma que l’on trouve dans les commerces d’alimentation est qu’il n’est pas très riche en curcumine, le principe actif qui agit sur notre santé. Vous devriez en absorber de très grandes quantités pour commencer à bénéficier de ses bienfaits.

De plus, la curcumine n’est pas facilement assimilable par le corps. Par nature, la curcumine est rapidement éliminée. On dit qu’elle n’est pas très biodisponible. Cela limite son efficacité [16].

Plusieurs techniques ont donc été mises au point pour augmenter son absorption : la purification, l’ajout de pipérine (un actif extrait du poivre noir), la nano-émulsion ou son association à des phospholipides. Ces techniques ont permis de multiplier jusqu’à 29 fois la biodisponibilité de la curcumine. Ces premières avancées étaient encourageantes mais pas suffisantes sur le plan thérapeutique.

La découverte qui change tout

Les études cliniques ayant montré un effet bénéfique de la curcumine sur la santé ont parfois utilisé jusqu’à 12 grammes de curcumine par jour, ce qui équivaut à plus de 20 gélules d’un complément alimentaire contenant les curcumines de première génération dont je viens de vous parler.

Heureusement, des chercheurs de l’université de Stuttgart en Allemagne ont mis au point en 2014 un procédé révolutionnaire qui consiste à « encapsuler » la curcumine à l’intérieur de molécules d’acides gras.

Cette impressionnante avancée technologique a permis de multiplier la biodisponibilité et donc l’efficacité de cette nouvelle forme de curcumine par 185 par rapport à une curcumine classique [17] !

Un produit breveté

Cette nouvelle forme de curcumine brevetée porte le nom de « NovaSol® Curcumin ». C’est la curcumine la plus puissante au monde.

Vous n’avez besoin que de 2 gélules par jour (1 000 mg) pour recevoir l’équivalent de 11 g de curcumine classique, une dose thérapeutique recommandée par les spécialistes.

Une étude clinique a été réalisée avec le NovaSol® Curcumin chez des patients atteints d’une tumeur au cerveau. Les résultats ont révélé qu’après seulement 4 jours de supplémentation, des quantités détectables de curcumine se retrouvaient au sein de la tumeur et altéraient son métabolisme énergétique [18].

Vous retrouvez cette efficacité contre les autres problèmes de santé pour lesquels la curcumine a démontré ses bienfaits : arthrose, courbatures, syndrome du côlon irritable, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, risque d’accidents cardio-vasculaires (infarctus, AVC…), Alzheimer, diabète, hypertension, obésité, dépression, problèmes de foie, ulcères, psoriasis, faiblesse immunitaire.

En prenant du NovaSol® Curcumin, vous évitez également les risques liés aux préparations utilisant de la pipérine, car cet actif peut interférer avec certains traitements médicamenteux et avoir sur le long terme un effet négatif sur la paroi intestinale, avec pour conséquence des allergies alimentaires, des intolérances, voire des réactions auto-immunes. Vous évitez également les risques d’allergies liés à l’utilisation de curcumine mixée avec des liposomes constitués de lécithine de soja.

Comment vous procurer cette curcumine surpuissante sans vous ruiner ?

Les produits contenant du Novasol® Curcumin restent abordables par rapport aux produits contenant de la curcumine basique.

Le procédé de fabrication ingénieux n’est pas si coûteux et chacun peut donc accéder à cette curcumine surpuissante sans se ruiner.

C’est toutefois un produit difficile à trouver du fait de sa découverte récente. Peu de distributeurs le proposent et beaucoup de pharmaciens et médecins n’en ont pas encore entendu parler. Les seules sources disponibles en France pour l’instant le sont sous les deux marques connues que sont Solgar (1 boîte de 30 jours (800 mg/jour) : 49,90 euros), en magasin bio, et Cell’Innov (1 boîte de 30 jours (1 000 mg/jour) : 39,90 euros), moins cher mais seulement sur Internet.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Selon Eric Müller dans la revue Néo nutrition du 23/10/14

 

L'épice qui modifie 700 gènes (en bien)

Cher lecteur,

Le curcuma est utilisé en Inde depuis des millénaires dans les currys, ces mélanges complexes d'épices qui transforment les plats en une symphonie de saveurs.

Pourtant, le curcuma n'a quasiment aucun goût par rapport aux autres épices qui composent les currys (cumin, coriandre, cardamome, piment rouge, gingembre, cannelle, clous de girofles, etc.)

C'est qu'il est utilisé non pour son goût mais pour ses vertus thérapeutiques que les médecines traditionnelles chinoise et indienne exploitent depuis des milliers d’années [1].

Plus récemment, les scientifiques ont isolé les principes actifs du curcuma, qu'ils ont appelés curcuminoïdes [2]. Le principal est la curcumine, qui représente 90 % des curcuminoïdes. Dans 100 grammes de curcuma, on trouve environ 3 grammes de curcumine.

Parmi tous les nutriments, la curcumine a fait l’objet d'un nombre colossal d'études scientifiques. Rien qu'en langue anglaise, on dénombre 2 600 études [3] !

Elle est particulièrement connue pour ses puissantes propriétés anticancer et anti-inflammatoires.

Comme vous le savez sans doute, l’inflammation chronique est un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques, si ce n’est de toutes. Il a été démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes, ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé :

  • anticancer,
  • anti-inflammatoire (contre l'arthrite et la pancréatite),
  • antioxydant,
  • diminuant les douleurs rhumatismales et menstruelles,
  • stimulant pour la digestion,
  • antimicrobien pour soigner les blessures, ulcères et eczéma [1] [2].

Ses effets sur le cancer ne sont donc pas, et de loin, son seul intérêt.

Un des MEILLEURS compléments pour beaucoup de cancers

Une étude publiée en 2008 dans la revue scientifique Cancer Prevention Research a observé que la curcumine inhibe la motilité (la capacité à se déplacer) des cellules du cancer du sein et leur propagation [4].

Le mécanisme est le suivant : la curcumine inhibe le fonctionnement de l’alpha-6-bêta-4 intégrine, ce qui implique qu’elle pourrait servir comme agent thérapeutique efficace dans les tumeurs qui surexpriment l’alpha-6-bêta-4 [4].

(L’alpha-6-bêta-4 est associé au développement du cancer. Il contribue à la résistance des cellules à l’apoptose et aux métastases. L’apoptose signifie la mort cellulaire programmée : les cellules cancéreuses ont la particularité de ne pas mourir quand elles le devraient, ce qui contribue au développement des tumeurs [4].)

En 2009, une étude publiée dans la revue scientifique Molecular Pharmacology a observé que la curcumine inhibe la croissance des cellules cancéreuses du pancréas, et accroît la sensibilité des cellules à la chimiothérapie [5].

Une étude de 2009 a constaté que la curcumine favorise la mort cellulaire des cellules du cancer du poumon [6].

Une étude de 2010 a conclu que la curcumine a la capacité de cibler les cellules souches cancéreuses [7].

Comment la curcumine combat-elle le cancer ?

Ces trente dernières années, les cas de cancer ont doublé dans le monde, et les estimations indiquent qu’ils pourraient tripler d’ici 2030. Clairement, nous devons commencer à nous occuper sérieusement de la prévention du cancer.

En Inde, où le curcuma est très répandu dans la cuisine, la fréquence de 4 cancers très répandus chez nous – cancer du côlon, du sein, de la prostate, du poumon – est 10 fois plus faible.

En fait, le cancer de la prostate, qui est le plus souvent diagnostiqué chez les hommes européens, est rare en Inde, et ce phénomène est en partie attribué à la consommation de curcuma. Il apparaît que la curcumine agit contre le cancer de plusieurs façons :

  • Elle inhibe la prolifération des cellules des tumeurs,
  • aide votre corps à détruire les cellules mutantes afin de les empêcher de se répandre dans votre corps,
  • inhibe la transformation de cellules normales en cellules de tumeur,
  • diminue l’inflammation,
  • empêche le développement des vaisseaux sanguins nourrissant la tumeur,
  • inhibe la synthèse d’une protéine considérée comme essentielle pour la formation des tumeurs.

Mécanisme anti-inflammatoire de la curcumine

Voici comment la curcumine réduit les inflammations :

La Curcumine vient diminuer l'activité de certaines enzymes (Cyclooxygenase-2, Lipoxygenase, « Inductible Nitric Oxyde Synthetase », etc.) [8].

En réponse, on observe une réduction de la production des cytokines inflammatoires (TNF-α), interleukines (IL-1, IL-2, IL-6, IL-8 et IL-12), des protéines chimiotactiques de monocytes [8].

Dans quels cas prendre de la curcumine ?

En plus de la prévention des cancers, l'action anti-inflammatoire de la curcumine soulage différentes maladies inflammatoires, notamment :

  • La polyarthrite rhumatoïde (inflammation des articulations) :

Une étude clinique randomisée, et en double aveugle, a montré que la curcumine réduisait le gonflement des articulations, la raideur matinale, et facilitait la marche chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde [8].

  • Les problèmes gastro-intestinaux, dont le syndrome du côlon irritable, l'ulcère gastrique, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.

207 patients atteints du syndrome du côlon irritable ont reçu des extraits standardisés de curcuma. Après 4 semaines de traitement, 56 % des patients avaient vu une réduction de leur syndrome [8].

Lors d'une étude, des chercheurs ont observé que 48 % de patients ayant reçu 600 mg de curcumine 5 fois par jour avaient vu leurs ulcères gastriques disparaître après 4 semaines. Après 12 semaines, 76 % de cette même population n'avaient plus d'ulcères gastriques [8].

Plusieurs études ont observé l'efficacité de la curcumine pour atténuer la colite ulcéreuse, et la Maladie de Crohn [8].

  • L'uvéite antérieure chronique, qui donne les yeux rouges et douloureux (larmoiement et crainte de la lumière). La vue peut même être brouillée [8].

Dans une petite étude sur 32 patients atteints d'uvéite antérieure (de 19 à 70 ans), on leur a administré 375 mg de curcumine 3 fois par jours pendant 12 semaines. Après 2 semaines, tous les patients avaient vu leurs symptômes s'atténuer : meilleure acuité visuelle, moins de larmoiement et de précipités cornéens rétrokératiques [8].

  • La curcumine a montré une légère amélioration dans les cas de pancréatite. Des chercheurs ont observé une baisse des marqueurs de la peroxydation lipidique [8]. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine.

Le vrai potentiel de la curcumine est encore ignoré !

Malgré les nombreuses études déjà menées, les scientifiques estiment que le champ d'action de la curcumine n'est que partiellement exploré à ce jour. Autrement dit, tout reste à découvrir.

Comme l'inflammation joue un rôle majeur dans presque toutes les maladies chroniques, les chercheurs soupçonnent que les vertus anti-inflammatoires de la curcumine pourraient offrir de l'espoir à des millions de patients supplémentaires [9].

Par exemple, ceux atteints de maladies neurodégénératives (démence, Alzheimer, Parkinson), de maladies du cœur, de maladies des poumons, de maladies auto-immunes (sclérose en plaques, Lupus, sclérodermie), et de tumeurs (amas de cellules) [9].

Le prix de la curcuma est dérisoire par rapport aux médicaments et thérapies concurrents. C'est donc un cadeau de la nature accessible à tous.

Conseils pour bien assimiler la curcumine

Le curcuma que l'on trouve dans les commerces alimentaires n'est pas très riche en curcumine. Vous devriez en absorber des quantités gigantesques pour commencer à bénéficier de ses effets.

C'est pourquoi il existe des compléments de curcumine qui offrent un dosage suffisant. Mais tous ne se valent pas, car la curcumine n'est pas facilement assimilable par le corps. On dit qu'elle n'est pas très biodisponible.

Par nature, la curcumine est très rapidement éliminée par le corps. Ceci limite son efficacité [8].

Un des trucs consiste à prendre de la curcumine avec un corps graisseux (comme une cuillère d'huile).

Une autre astuce consiste à choisir une formulation qui combine curcumine et pipérine (poivre noir). La pipérine ralentit le processus d'élimination de la curcumine par le corps. Ceci prolonge l'efficacité de la curcumine.

Attention toutefois, une étude a montré que les rats qui recevaient de la pipérine subissaient une détérioration de leur appareil génital [10].

Même si à ce jour, aucune étude n'a été menée pour vérifier ces effets sur les humains, il paraît plus prudent de l'éviter.

Pour vous procurer une formulation de curcuma issu de l’agriculture biologique, très riche en curcumine (entre 3 et 5%), hautement biodisponible et sans pipérine, rendez-vous ici (lien cliquable).

Bien à vous,

Eric Müller

 

 

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0