BICARBONATE DE SOUDE ou de sodium

DU BICARBONATE CONTRE LES CANCERS ?

Mais aussi en cas de transpiration excessive ?

Par Michel Dogna dans Alternative Santé N°134 du 15/03/2015

Par Jean-Marc Dupuis dans santé nature innovation du 30/03/2016

Par Passeport Santé-le Mag' du 12/04/2016

 

DU BICARBONATE CONTRE LES CANCERS ?
Et si le Dr Tullio Simoncini avait raison …

Vu le prix dérisoire du bicarbonate, il ne fallait pas s’attendre à ce que la médecine officielle accueille cette innovation avec enthousiasme. Il y a maintenant des années que l’on parle de la méthode du Dr Simoncini, mais le seul titre de son ouvrage : "le cancer est un champignon" m’a braqué dès le départ. Ce qui m’a aussi rendu méfiant, c’est que je n’ai pas entendu dire que ce « dérangeur» émancipé du «médicalement correct » ait eu quelques ennuis avec l’Institution.
D’un autre côté, je pars toujours du principe que des tas de phénomènes fonctionnent parfaitement à partir de théories fausses, voire sans aucune explication.
Pour le Dr Simoncini, le cancer serait la conséquence d’une infection à partir du Candida albicans (champignon). Selon des statistiques remontant à dix ans, il y aurait environ 70% des américains qui seraient atteints sans le savoir de Candidose. Les spores de ce champignon s’installent et prolifèrent dans l’organisme, suite au déséquilibre alimentaire et la pollution chimique de la vie moderne, qui ont créé un terrain acide ; bien que l’on puisse vivre longtemps avec les multiples troubles pénibles connus, lorsque cette invasion entretenue par l’acidose dépasse un certain seuil, la situation devient ingérable pour l’organisme. C’est à ce moment que dans un programme de survie, celui-ci crée des tumeurs-poubelles pour tenter de limiter géographiquement le problème.
Le Dr. Simoncini estime que la meilleure façon d’essayer d’éliminer une tumeur est de la mettre en contact avec du bicarbonate de sodium, aussi près que possible, en utilisant l’administration par voie orale pour le tube digestif, des lavements pour le rectum, la douche vaginale pour le vagin et l’utérus, et l’inhalation (?) pour les parties supérieures des voies respiratoires.
Les seins, les ganglions lymphatiques, peuvent être traités par des perfusions sous-cutanées locales.
Pour les poumons et le cerveau, il utilise la voie d’injection intraveineuse (là ce n’est plus de la médecine douce). Les organes internes peuvent être traités avec du bicarbonate de sodium en localisant les cathéters appropriés dans les artères (du foie, du pancréas, de la prostate, et des membres) ou dans les cavités (de la plèvre ou du péritoine). Simoncini affirme que le bicarbonate de sodium détruit les colonies de champignons au cœur des tumeurs cancéreuses.

Quel taux de guérison ?

Le Dr. Simoncini donne les statistiques suivantes :
« Si les champignons sont sensibles aux solutions de bicarbonate de sodium, et si la taille de la tumeur est inférieure à 3 cm, le pourcentage sera de l’ordre de 90%. Dans les phases terminales où le patient administré est en assez bonne condition, il est de 50% ».
Le médecin déclare : "Mes méthodes ont guéri des personnes pendant 20 ans. Beaucoup de mes patients se sont rétablis complètement d’un cancer, même dans des cas où l’oncologie officielle avait renoncé ".
Outre sa formation d’oncologue, le Dr Simoncini est une personne très humaine et sensible aux problèmes des autres. Il est toujours possible de le joindre par email ou par téléphone +39.335.294480 pour des renseignements complémentaires.
Son site : www.cancerfungus.com

Rappels sur le bicarbonate de sodium

C’est ce que l’on appelle en chimie : un tampon. Il ramène au pH neutre de 7 aussi bien l’acidité que l’alcalinité. En médecine, le bicarbonate de sodium est couramment utilisé comme antiacide, pour les secours à court terme :

  • des troubles de l’estomac,
    des troubles des reins,
    pour "alcaliniser" l’urine au cours des infections de la vessie,
    pour réduire la cristallisation de l’acide urique de la goutte.

Mais, selon Simoncini, le bicarbonate de sodium est irrésistiblement efficace quand il s’agit de tissus cancéreux.

Comment faire concrètement ?

Le bicarbonate s’achète en pharmacie ou en supermarché, sous forme de fine poudre et se dissout à raison de 50g par litre d’eau.
Il s’avère être un excellent antifongique, très économique, sans effets indésirables aux doses conseillées et utilisées par le Dr Simoncini.
Le principe est de mettre en contact direct, si cela est possible, le bicarbonate de soude avec l’organe infecté pour au minimum 6 minutes (temps au-delà duquel le champignon ne peut survivre) et ce durant 7 à 8 jours de suite. En pratique, cela est facilement réalisable pour certains cancers (bouche, œsophage, estomac, intestin, utérus).
Pour les autres types de cancer non accessibles directement, le bicarbonate est administré par artériographie (injection dans une artère par cathéter).
Non seulement le bicarbonate amène une onde de choc alcaline aux cellules cancéreuses, mais aussi de l’oxygène qui casse l’hypoxie associée aux tissus cancéreux. Par ailleurs, il a la propriété d’absorber certains métaux lourds, les dioxines, et les furannes.
Personnellement, je considère que face à la chimio, cette technique ne comporte aucun risque. Donc quelle que soit la thérapie choisie, c’est pour le moins un puissant adjuvant qui vient s’inscrire avantageusement parmi la liste des « adjuvants best of », que nous avons cités précédement sur le site alternativesante.fr.
Michel Dogna

 


En cas de transpiration excessive
Par Jean-Marc Dupuis dans santé nature innovation du 30/03/2016

 

Chère lectrice, cher lecteur,

C’est injuste, mais après un même effort physique :

  • Certains dégoulinent comme une glace trois boules abandonnée sur un parking en plein mois d’août
  • D’autres restent secs comme un coup de trique.

Mais quel est l’objectif ? Ne plus transpirer ? NOOOOOOOOOOOOOON surtout pas !!!

C’est une fonction vitale de notre corps aussi importante que de respirer.

Donc PAS TOUCHE ! Cessons ces agressions envers notre corps, cessons de vouloir le maîtriser, le faire plier sous notre autorité… selon nos envies.

Notre corps est un sanctuaire, un temple sacré à honorer chaque jour, à respecter et à comprendre.

Il faut donc avant tout comprendre notre transpiration.

Nous ne sommes pas égaux devant la transpiration

Les personnes en surpoids et obèses transpirent plus.

Normal : leur graisse agit comme un isolant contre le froid.

La transpiration sert à refroidir le corps, mais la graisse freine le phénomène.

De plus, les personnes en surpoids ou obèses ont, par définition, une plus forte masse corporelle. Elles mettent plus longtemps à refroidir, de même que le moteur d’un camion refroidit plus lentement que celui d’une mobylette.

Enfin, elles doivent faire plus d’efforts que les autres pour transporter leurs kilos en trop, ce qui les fait transpirer, de la même façon que porter un sac-à-dos augmente la transpiration quand on marche.

Les sportifs, par contre, donnent l’impression de moins transpirer que les autres, face au même effort. En réalité, leur transpiration est plus régulière, mieux étalée. Elle est donc plus efficace et s’évapore au fur et à mesure, ce qui fait qu’ils sont moins facilement trempés de sueur et dégoulinants. Dès qu’ils commencent un effort, le mécanisme de transpiration démarre, permettant de réguler leur température interne plus rapidement.

Les personnes nerveuses, par contre, transpirent plus que les autres parce que leur nervosité déclenche la production d’adrénaline qui tend les muscles, contracte les artères. Ces efforts musculaires produisent de la chaleur, nécessitant d’être compensée par la transpiration.

Mais la transpiration ne sert pas uniquement à nous rafraîchir en faisant évaporer de l’eau sur notre peau pour évacuer des calories.

La transpiration permet aussi de :

  • Maintenir l’hydratation de notre peau
  • Évacuer les excès de sels et d’électrolytes. Les électrolytes sont les minéraux (magnésium, calcium, sodium et potassium) qui régulent la circulation de l’eau dans notre sang, nos muscles et nos cellules.

Aliments qui font transpirer

Le simple fait de manger provoque de la production de chaleur dans le corps. En effet, digérer les aliments consiste à casser des liaisons chimiques, ce qui produit de la chaleur, exactement comme une combustion de gaz ou de bois.

Le phénomène est le plus fort avec les protéines (viandes, poissons) car ce sont des molécules plus complexes. Il est bien sûr amplifié si l’on mange chaud, ou si l’on boit des boissons chaudes.

C’est pourquoi les Bédouins dans le désert boivent du thé chaud : cela les fait transpirer, ce qui les rafraîchit !!

 

Autres produits faisant transpirer

L’alcool, la caféine et le tabac augmentent le rythme cardiaque et le métabolisme, et aboutissent eux aussi à une hausse de la température interne, ce qui fait transpirer.

Le piment a un effet similaire mais court : il contient de la capsaïcine qui donne une impression de coup de chaud. L’impression de brûlure du piment dans la bouche peut être atténuée en buvant du lait froid, car le lait contient des protéines qui ont une effet détergent sur la capsaïcine.

Les médicaments comme l’insuline et l’aspirine font transpirer.

Les personnes qui transpirent intensément alors qu’elles ne font rien (en écoutant de la musique par exemple) ou sur des zones très ciblées du corps, doivent consulter un médecin. Cela peut être le signe d’une maladie rare comme le lymphome, la tuberculose ou le virus du Sida.

Maîtriser le flot

Pour maîtriser le flot de transpiration, la première mesure est évidemment de bien choisir ses vêtements : amples, en textile naturel.

Perdre du poids, faire de l’exercice physique plus régulièrement diminue et régule la transpiration ; vous êtes moins facilement dégoulinant.

Mais au delà de l’humidité et des « rillettes » (ou auréoles) sous les bras, le problème de la transpiration est évidemment… l’odeur.

Deux sortes de transpiration

La transpiration sur la plus grande partie du corps ressemble à de l’eau légèrement salée, et sèche sans causer d’autre problème.

Mais certaines zones comme les aisselles, les aines, autour du nombril, possèdent des glandes sudoripares (produisant de la transpiration) spéciales. Elles émettent une transpiration grasse, odorante et même… malodorante car des bactéries y prolifèrent.

Notez que ces odeurs ont une fonction sociale, par exemple le bébé apaisé par l’odeur de sa mère. La transpiration masculine aurait de nombreux effets positifs sur les femmes comme améliorer l’humeur, ou se synchroniser avec le cycle menstruel.

Toutefois, le fait est que cette transpiration qui sent, on ne peut pas se permettre de simplement la laisser sécher. Il faut se doucher, se laver avec un savon doux, et pour la plupart des personnes mettre du déodorant sous les aisselles.

Déodorants classiques : attention danger !

Tous les déodorants du commerce traditionnel sont des horreurs de cocktails chimiques, des cancers du sein à retardement.

Hier c'était les paraben, aujourd'hui ce sont les sels d'aluminium. Et demain ?

Personnellement, je préfère ne pas attendre qu'on découvre un nouveau composant toxique. Et quelle perte de temps de devoir se tenir au courant de toutes ces choses ou de devoir vérifier les composants de chaque flacon.

Partez d'un principe simple : « Je ne mets pas sur mon corps des produits que je ne connais pas ».

C’est un principe de bon sens qui facilite la vie. Prenons une bouteille de déodorant quelconque, retournez-la : Butane/isobutane/propane, Triethyl citrate, Ethylhexyglycerin, Benzylheptanol … stoooooop ! Test raté.

Le meilleur déodorant naturel

Le meilleur déodorant naturel est le bicarbonate de soude.

Eh oui, ce produit bon à tout faire est, entre autres, utilisé par les peintres professionnels pour éliminer les émanations de peintures. Il vient à bout des odeurs des chaussures et même de l'odeur de pipi de chat dans la litière !

C’est dire qu’il suffira largement à éliminer toute odeur sous les aisselles. Une simple goutte de parfum suffira pour vous embaumer le corps, vous préserverez vos vêtements qui auront moins besoin de passer au lave-linge et n’auront plus de traces jaunes, vous n’aurez plus aucune angoisse en levant les bras en soirée.

Mais attention : le bicarbonate à gros grain de supermarché décape les aisselles. Il vous faut un bicarbonate de soude fin, à très petit cristaux, tel que celui-ci qui est vendu 2,91 euros à Biocoop et certainement dans les autres boutiques bio.

bicarbonate

Le mode d’emploi est tout simple : après la douche, sur aisselles sèches, mettez-en sur votre main et frottez doucement vos aisselles. Au-dessus du lavabo, faites tomber l’excédent pour n’avoir plus qu’une fine pellicule. Frottez jusqu’à ce que ce ne soit plus blanc.

Si vous avez le temps et l’envie de vous fabriquer un produit plus sophistiqué et parfumé, suivez la recette suivante :

Ingrédients :

  • 2 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude
  • 6 cuillerées à soupe de fécule de maïs
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (Tea Tree)
  • 3 cuillerées à soupe d’huile de noix de coco

Dans un récipient, mélangez le bicarbonate de soude, la fécule et l’huile d’arbre à thé. Ajoutez l’huile de noix de coco et remuez jusqu’à obtenir une pâte.

Vous pouvez ajouter à votre goût des huiles essentielles parfumées comme celle de lavande, d’eucalyptus, de bois de santal ou de rose. Quelques gouttes suffisent.

Mettez le produit dans un petit pot à couvercle qui tiendra dans votre armoire de salle de bain. Placez ce pot au réfrigérateur le temps de faire « prendre » la pâte qui peut être trop légère et crémeuse au départ, mais elle durcira avec le temps.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

 

Dans Wikipedia

 

Le bicarbonate de sodium Prononciation du titre dans sa version originale  ou hydrogénocarbonate de sodium en nomenclature moderne, est un composé chimique inorganique décrit par la formule brute NaHCO3. C'est un composé ionique blanc de l'anion hydrogénocarbonate et du cation sodium, qui se présente sous forme de poudres. La forme ultra pure, très rare, est constituée de cristaux prismatiques blancs. Ce corps minéral anhydre, sous l'appellation minéralogique de nahcolite, apparaît néanmoins dans la nature sous la forme d'agrégats de cristaux prismatiques, le plus souvent en veines fibreuses ou en concrétions. Au laboratoire, l'hydrogénocarbonate de sodium apparaît sous la forme de fins cristaux blancs, solubles dans l'eau.

Il est aussi fréquemment appelé bicarbonate de soude, carbonate monosodique ou carbonate acide de sodium, cette dernière appellation étant la plus employée dans la composition des pâtisseries industrielles.

Il existe trois qualités différentes de bicarbonate de soude : technique, alimentaire et médicinale. Même si l'appellation est la même, les critères de pureté sont différents : on doit veiller à n'utiliser la qualité « technique » que pour un usage ménager. La qualité alimentaire est indiquée avec le code FCC.

 

Le bicarbonate est utilisé pour l'entretien du linge et de la maison, mais aussi pour l'hygiène, les soins du corps et la cuisine. Par exemple, il est agent nettoyant type poudre à récurer pour les baignoires et les lavabos, adoucissant pour le linge, adoucisseur d'eau (pour réduire la dureté de l'eau d'une piscine par exemple) et désodorisant pour les tapis ou moquettes et les réfrigérateurs. Il peut être utilisé pour éteindre un incendie lorsque l'usage de l'eau est déconseillé, par exemple pour les feux de friture[11].

Le bicarbonate est aussi utilisé comme dentifrice ou comme agent de blanchiment des dents (valeur RDA de 7[12]), pour certains gargarismes et pour l'hygiène des dreadlocks.

Le bicarbonate de sodium, générateur potentiel de gaz carbonique CO2, est présent dans les extincteurs d'incendie de classe B, contre les feux gras d'hydrocarbures liquides y compris l'essence, mais aussi les alcools et dérivés carbonyliques[13]. L'action d'une substance inerte, comme la terre, le sable ou le gaz carbonique, empêche le comburant d'atteindre le carburant, par étouffement du feu. On le trouve dans les liquides extincteurs, les mousses chimiques, et les poudres sèches anti-incendie.

  • La réaction d'une solution aqueuse d'acide sulfurique sur une solution aqueuse de bicarbonate de sodium explique le dégagement rapide du gaz CO2, dans le liquide extincteur.
  • La mousse chimique est générée par la réaction avec le sulfate d'aluminium, nécessairement en présence d'émulsifiant(s), soit :
Al2(SO4)3 + 6 NaHCO3 poudre solide → 3 Na2SO4 + 2 Al(OH)3 + 6 CO2 gaz

La pression de projection du gaz permet une détente adiabatique de celui-ci, à effet refroidissant.

  • Les poudres sèches anti-incendie sont à base de bicarbonate de sodium ou de bicarbonate de potassium. La chaleur de l'incendie permet de décomposer les composés cités légèrement impurs, à traces acides, mais stables à température ordinaire. Il se produit un dégagement d'eau vapeur et de gaz carbonique au contact du foyer ou de ses abords chauds. Les poudres bien répandues génèrent un effet de souffle, contrant la propagation de l'incendie.

Le bicarbonate, pour son rôle de générateur potentiel de gaz carbonique, est abondamment utilisé dans la fabrication des boissons et eaux gazeuses. Dans l'industrie alimentaire, c'est l'additif alimentaire numéro E500(ii)[14]. Il est utilisé comme agent de levuration, anti-agglomérant ou comme régulateur de pH[15].

Petitevache.jpg

Dans la cuisine traditionnelle il est l'élément de plusieurs recettes. Il est entre autres utilisé pour conserver leurs propriétés à certains légumes et légumineuses lors de la cuisson. Au jardin, il peut être employé comme fongicide, par exemple, pour lutter contre l'oïdium et contre l'attaque de mildiou sur tomates. Le bicarbonate de soude permet d’atténuer l’acidité. En pulvérisant sur les feuilles un mélange de 1 cm3 de bicarbonate de sodium et 1 cm3 de savon noir dans un litre d'eau, leur surface devient moins acide et limiterait la capacité des spores de champignons à se développer. Il est utilisé en jardinage contre les fourmis, en solution et en grande quantité (plus de 3 litres soit deux bouteilles classiques) à verser dans la fourmilière.

Le bicarbonate de sodium, associé au chlorure de calcium, peut être employé dans les procédés de reminéralisation rapides des eaux trop faiblement minéralisées ou trop pures. Néanmoins les teneurs en chlorure de calcium doivent être limitées à une valeur inférieure à 100 mg/litre pour ne pas rendre corrosives les eaux et altérer leur goût[16].

Le bicarbonate de sodium, ainsi que les eaux minérales qui en contiennent, facilite la digestion. La pharmacopée l'a ainsi utilisée traditionnellement contre les maux d'estomac et pour calmer l'hyperchlorhydrie gastrique. Il était prescrit aussi pour le traitement des dyspepsies. A la Belle Époque, il est aussi considéré comme un médicament digestif, anti-acide et diurétique.

En médecine, il est utilisé en soluté de perfusion servant à l'alcalinisation des patients, notamment en cas d'acidose. Le bicarbonate de sodium, acteur principal de la régulation des milieux tampons de l'organisme, constitue l'essentiel de la réserve alcaline du plasma sanguin. Sa mobilisation, par exemple en réaction face à une acidose, permet de maintenir un pH constant. Sa concentration standard dans le plasma et le sang total est situé entre 22 et 26 milliéquivalents par litre.

Le bicarbonate de sodium est un médicament ayant de nombreux usages, tels la correction de l'acidose métabolique ou de l'hyperkaliémie[17]. Il ne fait cependant pas partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[18]. Il est aussi l'objet d'une abondante littérature concernant le bien-être et la vie pratique.

 

  • Également utilisé dans la production agricole de la spiruline, par le développement de carbone.
  • Anodisation de l'aluminium ;
  • Purification des fumées ;
  • Carburant propulsif pour fusée lorsqu'il est mélangé avec du vinaigre.
  • Agent de traitement anti-acariens
  • En modélisme, il est utilisé pour simuler de la neige en le mélangeant à de la colle PVA ou colle à bois.
  • En shampoing, avec rinçage au vinaigre. Il est notamment utilisé dans le mouvement no poo, comme alternative aux shampoings chimiques[19].

 

Selon Passeport Santé- le Mag' du12/04/2016

Top 10 des applications santé du bicarbonate de soude alimentaireAccueil > Actualités > Nouvelles (1) Le 06/04/16, Très connu en alimentation et en entretien le bicarbonate de soude, biodégradable, non toxique, comestible et peu couteux, possède également de nombreuses propriétés santé. Voici 10 applications santé du bicarbonate de soude alimentaire, qui prouvent qu’il a définitivement sa place dans votre armoire à pharmacie !

 

1/ Il est efficace contre les mycoses Grâce à ses propriétés antifongiques, le bicarbonate de soude est excellent pour traiter le pied d’athlète et les mycoses des pieds. Baignez vos pieds pendant 15 minutes dans 1 litre d’eau tiède saupoudré de 4 cuillères à soupe de bicarbonate.

 

2/ Il soulage les brûlures d’estomac et les remontées acides 1 cuillère à café de bicarbonate de soude dans un verre d’eau que vous boirez doucement soulagera brûlures d’estomac et remontées acides.

 

3/ Il apaise les coups de soleil Faites en une pâte avec de l’eau ou un hydrolat et appliquez-la en compresse sur le coup de soleil ou la brûlure superficielle.

 

4/ Il soulage l’eczéma Saupoudrez dans un bain 4 à 5 cuillères à soupe de bicarbonate de soude pour soulager votre eczéma.

 

5/ Il combat les maux de gorge Le bicarbonate de soude en gargarisme (une cuillère à café dans un verre d’eau tiède) va soulager vos maux de gorge.

 

6/ Il soigne les ampoules Vous avez marché toute la journée dans des chaussures inconfortables ? Rien de tel qu’un bon bain de pieds avec du bicarbonate de soude ! (4 cuillères à soupe pour 1 litre d’eau tiède)

 

7/ Il soulage les aphtes Le bicarbonate de soude apaise la douleur et accélère la guérison des aphtes. Vous pouvez effectuer un bain de bouche ou appliquer le bicarbonate de soude directement sur l’aphte.

 

8/ Il facilite la digestion Digestion difficile ? Ajoutez un peu de bicarbonate de soude dans votre eau de cuisson.

 

9/ Il calme les démangeaisons En cas de piqure ou de morsure d’insecte, appliquez le bicarbonate de soude que vous aurez mélangé à de l’eau, en compresse, directement sur la piqure.

 

10/ C’est une alternative au dentifrice À court de dentifrice ? Ou envie d’une alternative économique et écologique pour vous laver les dents ? Saupoudrez votre brosse à dents humide de bicarbonate et brossez-vous les dents !

 

 

 

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0